Brasilia, capitale utopique

Brasilia : 5 avril 2019

La voilà donc cette capitale brésilienne, cité futuriste et surtout utopique créée de toutes pièces au milieu de nulle part sur un plateau à 1000m d’altitude et à plus de 1000km de Rio de Janeiro… 

C’est le président  J. Kubitschek qui décida en 1956 que Brasilia verrait le jour avec l’urbaniste Lucio Costa et Oscar Niemeyer architecte talentueux. Projet un tant soit peu mégalo… Mais c’est le marquis de Pombal dans les années 1760 qui envisageait une capitale intérieure pour dynamiser le pays, ce même marquis qui après le tremblement de terre qui secoua durement Lisbonne en 1755 mit en place le pan de restructuration en appliquant les théories des lumières : simplicité, cohérence et fonctionnalité. 

Le plan de Brasilia est en forme d’avion avec des axes routiers tracés larges et sans croisement, le fuselage est l’axe dit des monuments publics, les plus spectaculaires, les ailes étant les secteurs d’habitation et de commerce. C’est le planalto central qui fut choisi pour démontrer la volonté du gouvernement de développer toutes les régions. On défricha des milliers de kilomètres carrés, un immense lac artificiel de 40km de long  fut créé et la ville construite en moins de 4 ans…Kubitschek voulait voir son œuvre avant la fin de son mandat, mais comment faire venir les nouveaux habitants ? 

Il fallut payer les fonctionnaires le double pour qu’ils quittent l’ancienne capitale, Rio et aujourd’hui encore ils doivent assurer 4 ans de présence. Pour que les ambassades étrangères viennent aussi s’installer à Brasilia le gouvernement brésilien menaça même les plus récalcitrantes de rupture diplomatique ! 

Brasilia congrès national dep & senat
Brasilia ministères
Brasilia palais de justice

 Congrès national, le bol renversé pour les sénateurs conservateurs et le bol ouvert au ciel pour les députés ouverts au développement …

Les ministères tous identiques, pas de jaloux

Le Palais de Justice et ses gargouilles géantes

De fait la vie sociale ne s’est jamais vraiment greffée dans cette capitale de quand même 3 millions d’habitants bien que prévue initialement pour 400 000, grâce à ses villes satellites. La ville semble n’être qu’une utopie coupée du réel, un enchevêtrement de blocs de béton traversés par des artères sans fin, mais silence, espace et absence de pollution comparés à l’enfer de Sao Paulo font que les enfants nés à Brasilia jugent aujourd’hui  la cité moins sévèrement que leurs parents. 

C’est la seule capitale construite dans le monde au XXeme siècle. 

Brasilia immeuble beton
Brasilia immeuble verre
Brasilia palacio Itamaraty

Brasilia c’est aussi ça …

Palacio Itamaraty

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

× 8 = 16