Chili, en route vers la frontière péruvienne

 

Chili : Humberstone, ou les prémices de l’agriculture de rendement… 

 

Iquique, 10 septembre 

 

 

Nous voilà sur les côtes chiliennes bordant le Pacifique après un bivouac dans une petite oasis en compagnie de Guillaume, Carolyn et Alix que nous avions rencontrés en Argentine, et apéro dinatoire… 

Balneo Coya avec Guillaume

Nous empruntons pour la 1ere fois la panaméricaine qui relie le nord de l’Alaska au sud de l’Argentine sauf les 300km du Darien entre Panama et la Colombie (ce qui nous obligera lorsque nous remonterons vers le Mexique de mettre Nemo sur un cargo entre Carthagène et Colon). Ce n’est pas une autoroute loin s’en faut, mais elle a le mérite d’être une liaison « rapide » en plus d’avoir un revêtement correct… 

Panamericaine
CC sur Panamericaine

Iquique, rendue célèbre par le passage du Dakar en dévalant une énorme dune qui tombe à pic dans l’océan sera une halte sur la route d’Humberstone (Unesco)

Iquique
El Tatio eglise village santa rosa
El Tatio vieux pickup chevrolet

 Sur la route, le propriétaire s’en sert, mais attend quelques pièces pour repartir…si, si

 Iquique depuis une de ses dunes vertigineuses

Humberstone est une cité industrielle dont la construction débuta en 1862 autour d’un gisement de salpêtre sous l’impulsion de James Humberstone ingénieur britannique et père du salpêtre. 

Au plus fort de son activité Humberstone compta jusqu’à 5000 habitants et produisait 150 tonnes de salpêtre/jour. Fermée en 1960 ce n’est plus qu’une ville fantôme et on se croirait au cœur d’un western américain en la traversant. 

Il y avait une maternité, un théâtre, une grand place et son marché, une église, une école, une piscine et un hôtel. Des documents de l’époque vantent les mérites du salpêtre au blé de betterave en pays de Caux…C’est le début de l’agriculture intensive dans le monde, le Chili étant alors le plus gros exportateur de salpêtre. L’arrivée de la chimie industrielle sonnera le glas de ces mines. 

Humberstone panneau
Humberstone vue d ensemble
Humberstone batiment poteau elec

Une pensée sur “Chili, en route vers la frontière péruvienne

  • 1 octobre 2018 à 22 h 16 min
    Permalink

    Curieux cette ville.Belle rencontre aussi avec les animaux!;heureusement qu’on est passés au numérique sinon il fallait une remorque pour les pellicules…. ps pour voir les photos,sur le clic droit je n ai pas ‘ouvrir dans un nouvel onglet’ mais ‘afficher l image ‘ et ça fonctionne très bien..bonne route et bises à vous deux

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

5 × 1 =