La seule colonie de manchots royaux du continent

Onaisin, Chili : 4 décembre

 

La seule colonie de manchots royaux ayant élue domicile sur le continent il y a plus de 500 ans de trouve en Terre de Feu chilienne. Pour observer ces oiseaux il faut sinon se rendre dans les îles Falkland, Shetland du Sud, Orcades du Sud ou en Antarctique après avoir traverser le Drake dans des conditions souvent scabreuses puisque dans les 40eme rugissants bien nommés … Quant au coût du billet à environ 10.000€/pers c’est aussi assez dissuasif …

Nous ferons donc un nouveau passage au Chili en ferry par le détroit de Magellan puisque la Terre de Feu est une île à part entière et quelques 300 km plus loin nous atteindrons la réserve des manchots royaux d’Onaisin.

Le village est d’ailleurs réduit à une gigantesque estancia qui avant d’être morcelée s’étalait sur 1 million d’hectares, rien que ça … Cela dit, sur cette terre désolée, pampa plate et battue par des vents d’une violence extrême, qu’élever ou faire pousser, rien ne résiste vraiment à cette violence froide.

Nous, y compris Némo, subirons les assauts du vent, cramponné au volant je luttais contre lui craignant par moments qu’il nous renverse tout simplement … et quand en plus quelques rafales s’en mêlaient, ce sont des écarts d’1 bon mètre que notre vaillant Némo faisait seul sur la route, heureusement en excellent état dans cette partie du Chili, comme d’ailleurs partout dans ce pays. 

Pffffff, nous n’en menions pas large par moments …

Nous y regardions aussi à 2 fois pour choisir notre bivouac du soir en stationnant face au vent, ou en essayant de se protéger par le mur d’un bâtiment d’une estancia, par une butte de terre ou sur la place d’un village isolé de ce bout du monde afin de n’être pas trop chahutés pendant la nuit, béquilles arrières de la cellule sorties 🙁

CC & panneau ruta del fin del mundo
CC bivouac dej Onaisin
CC arbre penchés estancia Onaisin Chili

 Facile de voir d’où vient le vent …

A la vue des manchots, nous n’avons pas regretté une seule seconde d’avoir traversé ces péripéties, et pour ceux qui iront les voir dans un futur proche, il est prévu de ne visiter cette réserve que sur inscription préalable afin de limiter le nombre de visiteurs pour ne pas perturber l’environnement et ses hôtes. Bonne initiative, mais peu pratique lorsqu’on est nomade comme nous ne disposant pas d’internet tous les jours …

 

Nous arrivons juste au moment où les derniers petits, enfin petits pas tant que ça car aussi imposants que les adultes, se préparent à quitter leurs parents, et serons étonnés de leur plumage marron et volumineux qui leur permet d’affronter froid et vent ne pouvant plus se mettre à l’abri sous leurs parents. Ces derniers continuent néanmoins à les alimenter en régurgitant le poisson pêché bec à bec. Dès que leurs « polaires » seront tombées ils iront eux-mêmes à la pêche 🙂 et commenceront leurs vies d’adultes.

Manchots royaux

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

5 × = 50