Les baleines de la péninsule Valdès

Puerto Piramides, péninsule Valdès : 12 décembre

 

Après ces quelques jours hors du temps à Puerto Déseado et un dernier bivouac sauvage sous le soleil sur la falaise face à la colonie de lions de mer, après la rencontre avec les gorfous sauteurs et les dauphins blancs et noirs qui nous accompagnaient pendant nos sorties en zodiac, après les retrouvailles avec Roxane, difficile de quitter ces lieux et leurs habitants à plumes et à poils où le temps semble suspendu au rythme de leurs pêches … il est temps d’aller retrouver les baleines franches et leurs baleineaux à Puerto Piramides.

La saison de biberonage se termine … à raison de 200 litres de lait bien gras par jour, les « petits » ont vite fait d’être en état de sortir du golfe de la péninsule Valdès qui les a protégé jusqu’alors. 

Cette réserve naturelle est inscrite au patrimoine mondial de l’Unesco pour le nombre et la diversité des animaux marins qui en ont fait leur terre de prédilection : outre les quelques 800 baleines présentes entre juillet et décembre (il y a moins d’habitants à Puerto Piramides que de cétacés dans le golfe …), on y découvre la seule colonie terrestre d’éléphants de mer, avec quelques spécimens de 6 mètres de long pesant jusqu’à 3 tonnes, des manchots de Magellan, des lions de mer, des orques, des guanacos, des nandus, des vizcachas, des zorros (renards argentins) ou encore des tatous … Ici la promiscuité sur les plages c’est quelque chose ! pour notre plus grand bonheur 🙂

 

Mais nous attendrons encore un peu avant d’arriver dans la péninsule puisqu’en chemin nous ne pouvons rater la plus grande manchotière du monde, Punta Tombo, avec son million de manchots de Magellan, même s’il nous faudra encore une fois rouler une cinquantaine de kilomètres (aller) sur une piste qui nous mènera au bord de l’atlantique, ce qui veut aussi dire nouvelle séance de dépoussiérage bien que l’isolation faite sous le chassis et sous la cellule ait grandement contribué à l’atténuation du phénomène …

 

Les couples de manchots sont fidèles à vie et tous les ans fin aout ils retrouvent leur même nid familial, la femelle y pondant 2 oeufs couvés à tout de rôle pendant 40 jours, l’autre parent allant à la pêche pour se nourrir, un peu plus tard pour nourrir aussi les poussins lorsque les oeufs ont éclos.

 

Guanaco & manchots Punta Tombo
AM & manchot Tombo
Manchot & 2 petits Punta Tombo

 Punta Tombo

Priorité aux manchots nous sommes chez eux …

pingouin devant
Jeune manchot Punta Tombo
Manchots plage Punta Tombo

Juvénile encore un peu pale …

Comme sur la côte d’azur …

 Pingouin ou manchot ? En France, nous sommes les seuls à faire la différence car en anglais le seul mot est « penguin » et en espagnol « pinguino ». 

Alors….les pingouins volent et seules 2 espèces le font, les macareux et les guillemots (que l’on peut voir en Bretagne). Toutes les autres espèces qui donc ne volent pas, s’appellent manchot

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

2 × 3 =