Mato Grosso et Pantanal, Brésil côté nature

Les Emas & Fazenda San Francisco, Pantanal : 14 avril 2019

 

Après avoir cheminé entre villes coloniales et capitale, route vers une nature plus sauvage et une faune bien particulière propre à cette région de l’ouest du Brésil. Encore quelques centaines de kilomètres, le Brésil est un grand pays, quelques centaines de radars et quelques centaines de dos d’âne et quelques centaines de conducteurs dans les parties plus « rustiques » du réseau routier qui s’en donnent à cœur joie en roulant tombeau ouvert (au sens propre…), en doublant en sommet de côte et en plein virage et nous voilà revenu en pleine nature découvrir paysages et faune (moustiques compris… 🙂 vous apprécierez le panneau indiquant une « court food » dans le panel de photos) uniques, d’ailleurs classés par l’Unesco patrimoine mondial de l’humanité (seules les routes bien pleines de trous larges et profonds comme des tables de campagne n’y sont pas classées 🙂 conduite de nuit à proscrire absolument) 

C’est donc en compagnies des aras bruyants, des toucans, des rapaces, des fourmis de belle taille et des moustiques que nous passerons nos prochains bivouacs. Quelle beauté que de voir ces oiseaux qu’en Europe nous voyons trop souvent en cage ou sur un perchoir, voler en toute liberté, y compris dans certains villages (et même station-service) construits au sein de leur habitat où ils ont su s’adapter.

CC & pont en bois
Pantanal fazenda SF aerien
CC fazenda SF

La saison des pluies se terminant, nous pourrons emprunter quelques pistes bien rouges mais sans risque pour notre Némo sauf de se retrouver aussi rouge, qu’un super lavage – shampoing tout à la main pour 10€ aura rendu à son aspect original de bas en haut. 

 

Balade à vélo, en bateau, pêche aux piranhas qui serviront de repas aux jacarés (caïmans, je ne ferai pas la blague que vous attendez tous :-)), safaris photo de nuit et de jour seront notre quotidien à la rencontre de Dame Nature. Quant à la température, nous retrouvons en début d’après-midi des 35 à 40°C, sans air, l’expression « marches à l’ombre » prends alors ici tout son sens… 

Place aux images

Pantanal riviere reflets nuages
Pantanal héron sur branche riviere
Panneau moustiques

 Restaurant, ici vous êtes le plat principal

Paysage du Pantanal

Traduction :

Entendez-vous les planches craquer … 🙂 ?

2 pensées sur “Mato Grosso et Pantanal, Brésil côté nature

  • 25 avril 2019 à 21 h 32 min
    Permalink

    mon commentaire est il passé ? erreur avec le catcha a chaque commentaire

    Répondre
    • 27 avril 2019 à 22 h 36 min
      Permalink

      Pour le Mato Grosso, pas vu, mais les autres oui.

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

+ 78 = 80